Conseil en gestion : En France et à l’international

Complément d’information à propos de Conseil en gestion

L’expert-comptable se frotte à des problématiques très variées : habillement de la comptabilité, établissement des déclarations fiscales, comptabilisation des lettres de clôture, traitement des anomalies, mise en place de reportings, de systèmes comptables, d’états de gestion, etc. Il/elle exerce en profession libérale, en cabinet, en nom propre ou sous forme de société, sur des activités d’expertise, d’audit et/ou de conseil. Il/elle peut de même rejoindre une entreprise, à une fonctionnalité comptable, financière ou de gestion. Salarié ( e ) d’une métier de gestion et de comptabilité AGC, inscrit ( e ) à l’ordre des experts-comptables, il/elle exerce comme en libéral. Régie par l’ordre des experts-comptables, la profession, distinguée par un titre et un diplôme, est réglementée ( secret professionnel, code de honnêteté, procédures et normes professionnelles, contrôle d’activité ), comme pour les experts judiciaires et les commissaires aux comptes avec lesquels elle collabore. Les directives, inspirées par la loi de sécurité financière, sont guidées par des impératifs de sécurité, sincérité et contrôle de l’information. Habilité ( e ) à certifier la régularité et la volonté des comptes, l’expert-comptable/experte-comptable n’est pas lié ( e ) à ses mandants par un contrat de travail. Un possesseur du DEC diplôme d’expertise service comptable n’a pas l’obligation de s’inscrire à l’Ordre, contrairement à l’associé ou à l’expert-comptable/experte-comptable signataire. Le périmètre d’action s’élargit : il/elle peut exercer dans l’Union européenne, les diplômes classiques sont plébiscités, les programmes de formation harmonisés, en droit chargé de comptabilité et au plan normatif.

Un expert-comptable est un professionnel possesseur du diplôme français d’expertise service comptable, obtenu après un parcours de 8 ans, dont 3 ans de stage en cabinet comptable. Soumis à un code de honnêteté et à des normes professionnelles, l’expert-comptable prête serment lors de son création de compte. La mission du cabinet d’expertise service comptable est de tenir, de surveiller et d’arrêter la comptabilité des entreprises et des associations ; et d’en démontrer la régularité et l’intention auprès des tiers. 20 000 experts-comptables, 17 000 sociétés d’expertise service comptable et 223 associations de gestion et de comptabilité** exercent sur le territoire français. Seul un expert-comptable inscrit à l’Ordre des experts-comptables et figurant dans l’annuaire peut utiliser le titre d’expert-comptable. Un chef de sociétés peut tenir lui-même sa fiscalité, ou embaucher un comptable. Il peut aussi choisir d’externaliser cette mission, et beaucoup d’autres, à un expert-comptable. le cabinet chargé de comptabilité intervient en accompagnement à chaque phase de la vie de l’entreprise ou de l’association. Agissant comme un expert auprès des dirigeants de l’organisation, l’expert-comptable les conseille et les assiste dans leurs choix stratégiques et dans la mise en place opérationnelle. La mission d’expertise chargé de comptabilité est institutionnel, visant à faciliter la complexité administrative en terme juridique, fiscale, sociale, comptable et patrimoniale.

Pour constituer une situation chargé de comptabilité de la SCI, le responsable enregistre de façon chronologique les charges et les recettes sur base des flux financiers. Pour contrôler l’exactitude de la fiscalité, le solde à la clôture de l’année service comptable doit correspondre au solde bancaire. le meilleur avantage de cette méthode chargé de comptabilité réside dans l’absence de formalisme à respecter, puisque le plan chargé de comptabilité de la SCI ne s’applique pas. En effet, un tableau Excel composé de deux colonnes suffit. Lorsque la SCI est soumise à l’impôt sur le revenu ( IR ) dans la catégorie des revenus fonciers et qu’elle est détenue uniquement par des personnes physiques, elle bénéficie de la possibilité de tenir une comptabilité simplifiée. Le dirigeant engage sa responsabilité dans le cadre de sa mission, notamment en cas de violation de la loi ou s’il commet une faute de gestion. Une erreur dans la tenue de la fiscalité glisse dans cette catégorie et peut être lourde de problèmes. En effet, lors de la survenance d’un tel séminaire les associés peuvent se retourner contre lui et réclamer le versement de dommages et applications au niveau du préjudice subi. Faire appel à un expert-comptable pour SCI permet au gérant de transférer cette responsabilité au prestataire, car le cabinet d’expertise-comptable a un devoir d’information et de mise en garde vis-à-vis de son client.

Comme dit avant cela, le développement de la relation client est devenue un enjeu majeur pour les experts-comptables. C’est notamment due à la digitalisation du métier, et à la concurrence qui s’accroît. il y a de nombreux possibilités à développer sa relation avec le client, et cela impacte de façon positive la croissance d’un cabinet d’expert-comptable sur la durée. La digitalisation progressive de l’activité comptable a fait émerger des nouvelles manières d’aborder le métier tant sur les services proposés que dans l’arrivée de nouveaux candidats d’experts-comptables prompts à l’innovation. Certains cabinets ont misé sur l’automatisation pour proposer des services low cost tandis que d’autres ont préféré accentuer la dimension conseil de leur activité, quitte à la diversifier. Sous les effets de la digitalisation, l’activité d’expert-comptable n’est pas en train de mourir. Bien a contrario, elle se transforme. Ces groupes se positionnent sur un marché où la comptabilité est perçue comme une corvée, obligatoire pour s’acquitter de ses obligations légales et administratives. Forcément, cette catégorie de clientèle est très sensible au coût et est à la recherche à le minorer. Il s’agit le plus souvent d’entrepreneurs individuels et de jeunes sociétés faiblement capitalisées. Ce public trouve une contrepartie évidente dans les solutions low cost quitte à réaliser le rassemblement bancaire par eux même souvent par l’intermédiaire d’une interface web intuitive. Ainsi, le position du cabinet low cost prend une stratégie de volume pour pouvoir dégager un résultat d’exploitation satisfaisant.

La première mission qui vient à l’esprit lorsque l’on aborde le secteur de l’expertise-comptable est bien entendu celle de la look annuelle de la fiscalité. En effet, historiquement, la mission de présentation des comptes est la première à avoir vu le jour. au travers de ces missions, les experts-comptables sont chargés d’enregistrer les opérations comptables et de réaliser les comptes annuels de la compagnie concernée ( selon les cas : bilan, compte de succès, annexes ). Cette mission est la plus répandue parmi les petites et moyennes sociétés. En effet, la direction de la société concernée n’a à sa charge que de transmettre à l’expert-comptable l’ensemble des justificatifs concernant les opérations réalisées par celle ci. Le professionnel de l’expertise-comptable passe alors les écritures comptables, et réalise les états de synthèse annuels ( bilan, compte de succès et annexes ). Lors de ces missions, le cabinet d’expertise-comptable responsable de l’entreprise s’étale sur de contrôleur externe des opérations inscrites en son sein par le service service comptable de celle ci. Il récupère alors l’ensemble des écritures comptables, et offre les corrections nécessaires avant de concevoir la liasse fiscale. En effet, toute entreprise ou freelance peut choisir de faire sa comptabilité elle-même ou via un tool de fiscalité, à condition de la faire valider en fin d’entrainement. En effet, la création de liasse fiscale de fin d’exercice, comprenant le bilan, les comptes de succès et les documents annexes, doivent être établie avec le respect des normes comptables mise en place. Ces papiers obligatoirement doivent être validés par un professionnels comptable.

Plus d’infos à propos de Conseil en gestion